Article | 7 min read

Environnement de travail digital : comment éviter les habitudes toxiques et garantir la santé physique et mentale des collaborateurs à distance

Rex Flan, consultant principal en matière d’études comportementales chez Bupa UK, passe en revue les habitudes digitales toxiques que vous devez surveiller (et tout faire pour éviter) au travail afin de promouvoir un équilibre harmonieux entre la vie privée et la vie professionnelle de vos collaborateurs, ainsi que leur bien-être mental.

Par Subarna Ganguly, Rédactrice interne

Publié 22 juillet 2022
Dernière mise à jour 26 juillet 2022

Il est facile de supposer qu’un travail plus flexible n’offrirait que des avantages aux employés. La possibilité de travailler d’où ils veulent pendant quelques jours. Pouvoir commencer la journée par un jogging matinal ou en s’offrant un café au soleil, au lieu de se retrouver dans un bus bondé. Quitter le travail tôt pour assister au premier rang au récital de piano de leur enfant. Ça n’a pas de prix.

Bien que le télétravail offre de nombreux avantages, il présente également le risque que vos employés adoptent des habitudes de travail toxiques. Ces habitudes peuvent affecter la culture du lieu de travail et le bien-être des employés.

Dans certains secteurs, la pandémie a servi de catalyseur, accélérant le passage du travail hybride ou au télétravail à temps plein, ce qui s’est traduit par une utilisation accrue des communications digitales. Il ne fait aucun doute que la technologie a fait évoluer et amélioré nos conditions de travail, que ce soit en nous permettant de rester facilement connectés de n’importe où, ou en rendant les processus plus rapides et plus efficaces. Toutefois, comme c’est souvent le cas, ces mêmes canaux de communications digitales peuvent rapidement s’avérer toxiques s’ils sont mal utilisés.

Selon Bupa, un tiers des adultes britanniques pensent que le télétravail a affecté leur santé mentale, tandis que pratiquement un quart d’entre eux (23 %) affirment qu’il a érodé leur confiance en eux. Entre-temps, selon une recherche effectuée par Breathe, une culture toxique de l’environnement de travail coûte à l’économie britannique 20,2 milliards de livres sterling par an. Dans le cadre de ses recherches, le Parlement européen a établi que, bien que le télétravail offre de nombreux avantages tels que des niveaux plus élevés d’autonomie et de flexibilité, il se traduit également par le « paradoxe de l’autonomie », qui cause stress et déséquilibrre entre vie professionnelle et vie privée.

«  Des appels vidéo à la messagerie instantanée, la technologie digitale a peut-être permis aux employés de rester connectés, mais elle a également engendré des problèmes liés au bien-être, tels qu’un stress élevé et une mauvaise qualité de sommeil. »
Rex Fan, consultant principal en matière d’études comportementales chez Bupa UK.

Google a constaté une multiplication des recherches sur les « signes d’un environnement de travail toxique » ; mais quels sont donc ces signes ? Une mauvaise culture d’entreprise peut prendre de nombreuses formes, telles qu’un style de management inapproprié, une absence d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ou l’absence d’un accompagnement au bien-être.

« La pandémie a mis en relief l’importance de bonnes habitudes en matière de santé et de bien-être, au travail et en dehors, » explique Rex Fan, consultant principal en matière d’études comportementales chez Bupa UK.« Des appels vidéo à la messagerie instantanée, la technologie digitale a peut-être permis aux employés de rester connectés, malgré la distance engendrée par le travail hybride ou à distance. Toutefois, elle a également provoqué des problèmes liés au bien-être, tels qu’un stress élevé et une mauvaise qualité de sommeil. Pour lutter contre cela, les responsables doivent fixer des limites technologiques afin de ne pas créer un environnement de travail digital toxique et pour aider leurs employés à s’épanouir, où qu’ils travaillent. »

Selon Fan, il existe principalement 5 habitudes digitales toxiques qu’il faut surveiller (et tout faire pour éviter) au travail :

1. La culture du « toujours disponible »

Vous arrive-t-il souvent d’envoyer et de recevoir des e-mails en dehors des heures de travail ? Sans limites définies entre travail et temps libre, vous risquez de ne jamais vous détourner de votre boîte de réception, ce qui vous empêchera de couper entièrement avec votre travail. Cependant, les temps d’inactivité sont essentiels pour gagner en productivité et éviter le burnout. Dissociez vos heures de travail de vos heures de loisirs en réservant des créneaux dans votre agenda pour faire des pauses. Vous montrez ainsi à vos collègues que vous prenez régulièrement du temps pour vous et les encouragez à faire de même. Assurez-vous de vous déconnecter de vos systèmes à la fin de la journée et planifiez une activité amusante à faire juste après (par exemple, un repas chez un ami ou du sport) afin de ne pas être tenté de rester plus longtemps au travail.

2. Un agenda qui néglige les liens entre les collaborateurs

Lier des liens d’amitié avec nos collègues peut stimuler l’innovation, la collaboration et le sentiment d’appartenance à un groupe, mais travailler de chez soi peut nuire à notre vie sociale. Il existe des solutions à cela, mais cela demande de penser différemment. Envisagez de commencer les appels vidéo un peu plus tôt afin que ceux qui le souhaitent puissent discuter avant la réunion. Vous pouvez aussi organiser un club. Vous pouvez par exemple organiser un pique-nique à midi au parc pour les collaborateurs au bureau à ce moment-là ou un cours de cuisine Zoom pour ceux qui travaillent entièrement à distance.

3. Une surcharge d’appels vidéo

Les appels vidéo peuvent être un moyen efficace de communiquer au sein d’une équipe distante ou hybride et peuvent aider à se sentir moins seuls ceux qui travaillent chez eux. Cependant, si vous trouvez pas un équilibre avec les autres modes de communication, les appels vidéos peuvent également devenir une source de stress. Être appelé à se présenter constamment de manière formelle via une webcam peut être épuisant. Votre cerveau doit également travailler beaucoup plus afin que vous restiez alerte, outre la nécessité de décoder les indices non verbaux affichés par les autres. Si les appels vidéo vous équisent, proposez à votre responsable de combiner les styles de collaboration : les documents partagés et les appels audio uniquement représentent des alternatives pertinentes.

4. Se sentir réduit au silence

Les idées de celui qui parle le plus fort sont souvent celles que l’on entend le plus pendant un appel vidéo, tandis que les personnes plus réservées ont moins l’envie de partager, même si elles peuvent avoir de bonnes idées. Si cette situation se présente dans votre équipe, cela vaut la peine d’en parler. De petits changements peuvent faire une grosse différence. Vous pourriez demander à votre responsable d’encourager par exemple l’utilisation de fonctionnalités de discussion en équipe pendant les appels vidéo, afin que tous aient la même chance de contribuer. Vous pouvez encore organiser des réunions en ligne avec moins de personnes, afin qu’il soit moins intimidant de présenter son point de vue à un large auditoire.

5. La microgestion

Être bombardé toute la journée de messages ou d’e-mails directs par votre responsable peut non seulement être fatiguant et stressant, mais peut également nuire à la confiance que vous avez dans votre capacité de travailler indépendamment. Bien que la microgestion soit malheureusement très courante dans un environnement de travail à distance ou hybride, il existe des moyens de la combattre. Soyez ouvert avec votre responsable, si vous vous sentez à l’aise, en formulant par exemple vos réserve à la première personne. Votre responsable ne réalise pas nécessairement l’impact que cela a sur vous. Une fois qu’il a compris, vous pouvez réfléchir à un nouveau style de travail convenant à chacun.

Éviter les habitudes digitales toxiques est la clé d’un personnel en bonne santé, heureux et productif. La bonne nouvelle est que l’on constate une prise de conscience croissante de ce qui contribue à une culture de l’environnement de travail négative. En restant vigilant et en maintenant une bonne communication, il est possible de mettre fin aux pratiques nuisibles dès le début, avant qu’elles ne risquent de porter atteinte à notre vie professionnelle et à notre bien-être.

Tendances de l’expérience client 2022 : Évitez le burnout de vos agents

Selon nos recherches, les agents se sentent dévalorisés et dépassés au travail. Découvrez ce que cela implique pour votre entreprise et comment vous pouvez les aider.

Tendances de l’expérience client 2022 : Évitez le burnout de vos agents

Selon nos recherches, les agents se sentent dévalorisés et dépassés au travail. Découvrez ce que cela implique pour votre entreprise et comment vous pouvez les aider.

Lire